C’était il y a 95 ans… les débuts d’Arthur Rubinstein au TCE

L'affiche du premier concert d'Arthur Rubinstein au Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre fêtait tout juste son dixième anniversaire quand, le 2 mai 1923, se produisit pour la première fois un pianiste polonais, Arthur Rubinstein. Ces trois premiers récitals du printemps 1923 marquèrent le début d’une incroyable série de concerts qu’il allait donner au cours des cinquante années suivantes.

Rubinstein est déjà au sommet de sa gloire lorsqu’il fait ses débuts au Théâtre qui, depuis l’accession de Walther Straram à la direction du théâtre en janier 1922, voit sur sa scène se succéder Paderewski, Prokofiev, Rachmaninov, Lotte Lehmann, Wanda Landowska, Ricardo Vines, Vladimir Horowitz, Alfred Cortot…

Pour en revenir à Rubinstein, à partir de 1923, et hormis une interruption entre 1932 et 1947, période à la fois de remise en question personnelle et surtout d’une carrière quasi exclusivement américaine, celui que beaucoup considèrent comme le plus grand pianiste du XXème siècle joua quasiment chaque saison avenue Montaigne en récital ou concert.

La personnalité d’Arthur Rubinstein a fasciné autant qu’intrigué. Immense interprète de Chopin, il possédait une technique et une résistance hors normes, des mains d’une taille inhabituelle (il pouvait jouer un accord de douzième) et une vitalité littéralement extraordinaire. Il aima les femmes, les cigares et le bon vin, et prit grand soin d’entretenir un humour ravageur. Il commença à enregistrer au temps du 78 tour et ne cessa jamais, gravant au fil des années la quasi-totalité de son vaste répertoire. Daniel Barenboïm résuma l’homme et l’artiste dans la formule « il reste pour moi le symbole de l’interprète moderne ». Ce qui explique sans doute l’immense popularité qu’il connait encore aujourd’hui.

Extrait du programme de salle (récital du 26 avril 1968 au Théâtre des Champs-Elysées)

A 89 ans, le 7 janvier 1976, il donnait pour son dernier concert sur cette scène le 3eme concerto de Beethoven avec l’Orchestre National de France. Cette même année, il mit fin à sa prodigieuse carrière publique lors d’une ultime apparition au Wigmore Hall de Londres et mourut six ans plus tard à Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.