Création française d’une œuvre perdue de Stravinsky

Ce n’est pas tous les soirs que l’on a l’occasion d’assister à la création française d’une œuvre de Stravinsky, que l’on croyait perdue et qui a miraculeusement été retrouvée récemment. Presque 104 ans après la première du Sacre sur cette scène, résonnera ce Chant funèbre, composé en 1908 par Stravinsky en hommage à son maître Rimski-Korsakov décédé le 21 juin de cette même année. Œuvre de jeunesse et d’une durée de douze minutes, il s’agit néanmoins d’une partition majeure tant sur le plan biographique que musical, car c’est une page d’envergure où s’affirme pour la première fois une patte véritablement personnelle.

Stravinsky, dans ses Chroniques de ma vie, évoque lui-même avec regret la perte du Chant funèbre : « Malheureusement la partition de cette œuvre a disparu pendant la Révolution. (…) Je ne me souviens plus de sa musique, mais je me rappelle très bien l’idée dans laquelle je l’avais conçue. C’était comme un cortège de tous les instruments soli de l’orchestre venant tour à tour déposer, en guise de couronne, sur le tombeau du maître, chacun sa mélodie, et cela sur un fond grave de murmures en tremolo a l’instar des vibrations des voix de basse chantant en chœur ».

Enfouie dans les archives du Conservatoire de Saint-Pétersbourg, cette page que l’on pensait définitivement perdue a été retrouvée en 2014. Valery Gergiev en a assuré la première mondiale le 2 décembre dernier au Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg:

Orchestre National de France

Jeudi 2 mars à 20h

CLIQUEZ POUR PLUS D'INFORMATIONS

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.