Le LAAC au Théâtre des Champs-Elysées,
la transmission de la danse à l’œuvre

Clairemarie Osta et Nicolas Le Riche
Clairemarie Osta et Nicolas Le Riche en pleine séance de travail au LAAC © J.P. Raibaud

Qu’aurait été l’histoire de la danse sans Louis XIV ? Qu’aurait été l’histoire du Théâtre des Champs-Elysées sans la danse ? Au XXe siècle, l’histoire de la danse a été écrite par des artistes exceptionnels que le Théâtre des Champs-Elysées accueillit à bras ouverts : Nijinsky, les Ballets Russes, Joséphine Baker, Roland Petit, Serge Lifar, Maurice Béjart, Rudolf Noureev et bien d’autres. Au XXIe siècle, le Théâtre des Champs-Elysées accueille des chorégraphes et danseurs renommés pour des soirées inédites : la compagnie de Pina Bausch pour interpréter leur Sacre du printemps, les adieux de Mats Ek et ceux de Sylvie Guilhem, cette saison le Ballet de Rome qui a interprété La Chauve-souris de Roland Petit, le Ballet du Capitole de Toulouse dirigé par l’Etoile Kader Belarbi etc.

Michel Franck, Directeur, me conte par cœur l’histoire de son théâtre, qui considère la danse comme un art majeur depuis l’origine. Quand le duo d’Etoiles Clairemarie Osta et Nicolas Le Riche lui ont confié leur désir de transmettre leur passion à des professionnels et à des amateurs, Michel Franck leur proposa aussitôt le Studio Coupole pour accueillir le futur LAAC.

Après avoir interviewé Clairemarie et Nicolas, je suis allée à la rencontre de ceux qu’ils ont invités à faire vivre la danse au Studio Coupole. Ils témoignent tous de l’importance que revêt ce lieu riche d’histoires dans la formation de danseur.

Claudette Scouarnec, danseuse étoile, Présidente de l’Association Française des Maîtres en Danse Classique

Ça sent bon le théâtre ! Il existe des odeurs spéciales au Théâtre des Champs-Elysées comme à l’Opéra car ces lieux sont imprégnés d’une histoire qui resurgit avec des senteurs.

« C’est ici que j’ai vu danser Noureev dans la Belle au Bois-Dormant avec le ballet du Marquis de Cuevas version Raymondo de Larain. C’était la première fois qu’il dansait officiellement*, une semaine à peine après avoir pris la liberté de rester en Europe. Les danseurs de ma génération se souviennent tous de ça. »

Théâtre des Champs-Elysées / Foyer de la Danse : répétitions de « Jeu de cartes », un ballet de Jeanine CHARRAT sur une musique d’Igor Stravinsky. Claudette Scouarnec apparaît au premier plan, soutenue par le répétiteur Norbert Schmucki © Michel Petit

*nda : Cette soirée exceptionnelle eut lieu le 23 juin 1961.

Nicolas Le Riche, Etoile, LAAC

« Nous sommes ici au Théâtre des Champs-Elysées et nous sentons tous les fantômes et toute cette vie. Il y a des endroits nourris de présence et qui existent grâce aux gens qui sont à l’intérieur et qui le font évoluer. La mémoire et l’histoire du théâtre sont réellement importantes. »

Clairemarie Osta, Etoile, LAAC

« C’est ici, que j’ai dansé pour la première fois sur scène à Paris. Depuis que notre aventure du LAAC a commencé, on ne cesse chaque jour d’en découvrir l’histoire, tout ce qui s’est passé dans les murs, tous les cours qui avaient lieu dans le studio, chaque jour, une nouvelle anecdote ressort. Ces anecdotes du passé nous donnent l’élan pour continuer à écrire cette histoire de la danse. »

CLairemarie Osta © J.P. Raibaud

 

Agathe N., grand-mère, autrefois comédienne à la Comédie-Française

« Quelle chance pour ma petite-fille de prendre des cours dans ce théâtre exceptionnel ! Elle découvre chaque mercredi l’univers des coulisses, loin des paillettes du spectacle. En traversant simplement les lieux pour rejoindre le Studio Coupole, elle découvre les différents métiers : les chanteurs en répétition, les musiciens au repos, les techniciens. Les portants de costumes de spectacles sont dans les couloirs. C’est toute une ambiance, qui permet aux enfants de toucher du doigt le monde des coulisses. »

Matthieu Lecoq, jeune accompagnateur au piano et violoncelle

« Je suis très sensible au lieu et à ce théâtre en particulier. Arriver par l’entrée des artistes plonge dans l’ambiance tout de suite. C’est très sympa, j’aime discuter avec les collaborateurs du théâtre, qui viennent voir souvent ce qui se passe au studio dont la porte est ouverte sur le couloir. »

Leelou, danseuse à LAAC, 18 ans

« Ce théâtre est un endroit mythique. Juste le fait de me dire que je saute sur les mêmes planches que Nijinsky, c’est toujours magique. Le théâtre est en activité, on fait partie de sa vie, on fait partie de la maison, c’est fondamental car c’est aussi cela notre métier, ce n’est pas que la scène. »

Jess, danseur à LAAC, 26 ans

« Danser sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées, c’est incroyable. Je suis comme je suis mais le fait d’avoir dansé là, c’est que je dois bien valoir quelque chose quand même. C’est intimidant mais cela devient une force de l’avoir fait. »

 

Témoignages recueillis par Catherine Zavodska de www.DanseAujourdhui.fr

Le Corsaire

Un ballet de Kader Belarbi

20, 21 et 22 juin 2016

CLIQUEZ POUR PLUS D'INFORMATIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.