Un Pelléas de légende au TCE

Couverture du disque Pelléas et Mélisande, "Les Grands Concerts Inédits du Théâtre des Champs-Elysées", 1955, édité en 1987

Mon cher ami,
Naturellement j’accepte, en principe, votre offre aimable
de participer à la gloire du Théâtre des Champs-Elysées…

Claude Debussy à Gabriel Astruc, février 1913

C’est ainsi que débute l’histoire d’amour entre Debussy et le Théâtre des Champs-Elysées. Dès l’ouverture du Théâtre le 2 avril 1913, Debussy est de la partie : il compte parmi les cinq musiciens vivants invités à diriger une de leurs partitions lors du concert inaugural. Le Prélude à l’après-midi d’un faune résonne alors pour la première fois.

Un mois plus tard, la danseuse Loïe Fuller crée une version chorégraphiée de ses Nocturnes. Puis, le 15 mai, survient la création de Jeux , dans la chorégraphie de Nijinsky. Debussy reviendra au Théâtre quelques mois plus tard, en octobre, pour y diriger son Iberia, sa Marche écossaise et La Demoiselle élue. Il devait, dans les semaines suivantes, tenir la baguette pour Les Indes Galantes de Rameau mais la ruine du fondateur du Théâtre, Gabriel Astruc, eut raison de ce projet.

 

Le Théâtre fermera ses portes entre 1914 et 1920. Debussy, lui, disparaît le 25 mars 1918. Mais son œuvre et sa mémoire ne cesseront d’être présents dans ce Théâtre, et ce grâce en particulier au chef d’orchestre Désiré-Emile Inghelbrecht, ami de Debussy et son plus fidèle interprète. Lorsqu’il a dirige de la fosse du Théâtre les créations de La Marche écossaise, Nuages et Jeux. Debussy, présent dans la salle, s’exclame à l’issue du concert : “C’est la première fois que j’entends jouer ma musique!

Fondateur de l’Orchestre National de France, Ingelbrecht donnera la première exécution intégrale de Pelléas et Mélisande au TCE en 1947. C’est sans doute l’œuvre de Debussy qu’il chérissait plus qu’aucune autre et qu’il dirigea quasiment chaque saison ici-même jusqu’à sa mort en 1965. Il en a d’ailleurs laissé une trace discographique qui pour de nombreux chefs reste, aujourd’hui encore, la référence absolue. L’une des plus belles est, sans doute, celle de 1955 (à écouter en intégralité ici sur le site de l’INA).

 

Enregistrer

Pelléas et Mélisande de Debussy

du 9 au 17 mai

CLIQUEZ POUR PLUS D'INFORMATIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.