Prix Georges Bizet, 2e édition au TCE

Le Prix Georges Bizet a pour vocation de récompenser deux ouvrages (un sur l’opéra et un second consacré à la danse). Créé par l’association Cocktail & Culture en partenariat avec la librairie Fontaine Haussmann, sa première édition a vu le jour en juin 2017 au Théâtre des Champs-Elysées.

La remise du Prix se déroulera au Théâtre jeudi 15 novembre de 19 à 21h et sera l’occasion de l’installation d’une librairie éphémère et de la présence d’une vingtaine d’auteurs spécialisés dans le domaine de la musique et de la danse. L’entrée est libre.

La présélection des ouvrages finalistes est assurée par les membres du Jury et le comité de lecture du réseau des Librairies Fontaine. Le trophée a été spécialement crée par l’artiste Florence Rapinat.

Pour cette seconde édition parrainée par Eric-Emmanuel Schmitt, le jury est constitué de Alain Duault (écrivain et journaliste Radio Classique et Classica), Chantal Cazaux (rédactrice en chef L’Avant-Scène Opéra), Fabienne Conrad (chanteuse lyrique), Frédéric Delpech (journaliste à LCI), Bertrand Dermoncourt (directeur de la musique de Radio Classique), Benoît Duteurtre (écrivain), Lionel Esparza (journaliste et producteur chez France Musique), Nicolas d’Estienne d’Orves (écrivain), Karine Henry (lauréate 2017), Agnès Letestu (ancienne étoile du Ballet de l’Opéra de Paris), André Lischke (lauréat 2017), Christian Merlin (journaliste au Figaro et à France Musique), Sophie Quatrehomme (directrice de la communication du Groupe Caisse des Dépôts), Jérémie Rhorer (chef d’orchestre et compositeur), Ambre Rouvière (éditrice Prisma Média) et Raymond Soubie (Président du Théâtre des Champs-Elysées).

Et les nommés pour le prix Georges Bizet 2018 sont…

Diabolus in opera, de Karol Beffa (Alma Éditeur)
Le compositeur Karol Beffa retrace ici rapidement son itinéraire, depuis l’enfance et ses influences, les années de conservatoire, les premières compositions jusqu’à l’écriture de deux opéras (K ou la piste du château et Equinoxe inspirés de l’œuvre de Kafka) et consacre une large part à l’analyse selon des angles totalement inédits d’œuvres emblématiques ou moins connues de Verdi, Ravel, Strauss, Puccini, Zemlinsky….

 

Claude Debussy, Philippe Cassard (Actes Sud)
Pianiste et producteur sur France Musique, Philippe Cassard a consacré une part importante de son activité à Claude Debussy. Mêlant digressions biographiques et analyses de l’œuvre, cet ouvrage se présente comme une succession pointilliste de courts chapitres, donnant le point de vue de l’interprète : souvenirs et impressions rassemblés de près de cinquante ans de compagnonnage avec Debussy.

 

 

Léo Delibes, Pauline Girard (Vrin)
En dépit de la popularité de ses ballets Coppélia et Sylvia et de son opéra Lakmé, Léo Delibes (1836-1891) reste largement méconnu. Le parcours exemplaire de cet enfant naturel, du pavé parisien aux ors de l’Institut, sur fond de révolution de 1848 et de guerre de 1870, méritait d’être retracé. Cette biographie s’attache à faire revivre le cheminement créatif de Delibes en s’appuyant sur la presse foisonnante de l’époque et sur de nombreuses sources inédites.

 

 

Une vie à l’opéra, Gérard Mannoni (Buchet Chastel)
Les souvenirs d’un spectateur de huit ans devenu critique musical ou soixante années de soirées passées dans les salles de spectacle. Soixante années de rencontres, au fil des interviews, des tournées avec les orchestres ou les compagnies de danse, où des liens très forts se sont créés avec des danseurs, des chorégraphes, des musiciens: Roland Petit et Zizi Jeanmaire, Noureev, Rosella Hightower, Carlo Maria Giulini, Montserrat Caballé, Germaine Lubin, Jonas Kaufmann…

 

 

Chaillot, Palais de la danse, Pascal Ory (Somogy)
Chaillot, aujourd’hui Théâtre national de la Danse, s’affirme depuis ses origines comme un acteur majeur du monde artistique et culturel. Lieu de spectacle emblématique né lors de l’Exposition universelle de 1878, emblème du style Art déco suite à sa reconstruction en 1937, Chaillot a accueilli la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948 par les Nations unies, avant de se réinventer à l’aube du XXIe siècle. Rassemblés sous la conduite des historiens Pascal Ory et Pascal Blanchard, une quarantaine d’auteurs et de grands témoins nous font découvrir cette institution du spectacle vivant : ses œuvres, son théâtre populaire, et surtout les femmes et les hommes qui ont fait, et font encore aujourd’hui, toute sa renommée, toute sa singularité. Une immersion inédite dans ce qui est devenu le Palais de la Danse.

 

EDIT 16/11/2018: le prix Georges Bizet a été décerné à Paule Girard pour son livre sur Léo Délibes

Pauline Girard, lauréate du Prix George Bizet 2018, en compagnie des membres du jury, ainsi que Jeanne d’Hauteserre, Maire du 8e arrondissement de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.