Theodora J – 5 : Miracle du maquillage, j’ai enfin de la barbe !

Après une semaine intense, l’arrivée de l’orchestre, les répétitions touchent à leur fin… Nous avons pris nos marques sur scène, avec l’orchestre dirigé par un William Christie totalement habité par cette œuvre qu’il connaît par cœur, nous demandant à tous de nous dépasser face à un tel chef-d’œuvre, où une émotion intense est présente partout, dès le début de l’ouvrage. A côté de cela, la mise en scène de Stephen Langridge répond par la majesté imposante du décor, et une sobriété pleine d’humilité dans le plus profond respect de l’œuvre.

Enfin un mot sur mes collègues chanteurs, une Katherine Watson d’un naturel désarmant qui a coup sûr sera la grande révélation de ce spectacle, une Stéphanie d’Oustrac impériale, au sommet de son art, un Kresimir Spicer lumineux, charismatique et d’une grande générosité, qui apporte au rôle sa couleur de voix si particulière, et un Callum Thorpe, qui malgré sa jeunesse, campe un Valens d’une autorité physique et vocale impressionnante.

J’espère que vous partagerez mes impressions, venez nombreux ils restent encore quelques places !

Je n’étais pas mort sur scène depuis Sant Alessio…. j’adore !

Miracle du maquillage, j’ai enfin de la barbe ! © Philippe Jaroussky

« How strange their end… » © Philippe Jaroussky

 

2 de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.