Stanislas de Barbeyrac est de retour au TCE ! Dans Der Messias de Haendel/Mozart dans la mise en scène de Bob Wilson, il remplace Richard Croft. Il se prête à notre traditionnel entretien en 100 secondes.

Vous ne manquerez pas d’être surpris par son talent caché…

Ecoutez l’interview en audio :

Lisez l’interview :

Thé ou café ? Café.

Quelle cause vous est importante ? Ouh là ça c’est une question tout de suite bien moins futile. Le bien-être des enfants dans le monde m’importe beaucoup.

Une mélodie qui vous hante en ce moment ? Rameau, Les Sauvages, je n’en peux plus !

Savez-vous danser ? Absolument pas. J’ai évité toute ma vie des boîtes de nuit. Je ne sais pas danser, c’est une catastrophe.

Enfant, que collectionniez-vous ? Les images Panini de football. Pas très original !

Quel film série au livre emporteriez-vous avec vous sur une île déserte ? C’est dur ça, il y en a tellement ! J’emporterais peut-être Les Misérables. Indémodable.

Qu’est ce qui surprend le plus les gens chez vous ? Je parle fort.

Quel est votre plus gros défaut ? Joker. On a droit à un joker ? Evidemment, je n’ai pas de défauts !

Quel est le secret de la réussite ? Le travail.

Qui est votre gourou ? Mon alter ego.

Avez-vous un talent caché en dehors de la musique ? Je ne suis pas cuisinier hors pair, mais j’adore la gastronomie. Donc voilà mon talent caché : ce serait d’apprécier les bonnes choses de mon terroir. Avec des amis, je fais des canards, des cochons… Donc faire la bonne bouffe aussi. Voilà ! La boîte à questions est vide !

Le Freischütz de Weber, du 19 au 23 octobre 2019 :

Partagez sur :