Opéra 2019-20: ils font leurs débuts au TCE

Ekaterina Bakanova, soprano (Photo (c) Miquel González)

La nouvelle saison 2019-20 verra accéder une nouvelle génération d’artistes qui, pour beaucoup, se produiront au Théâtre des Champs-Elysées pour la première fois dans leur carrière. Nous fêterons ainsi plus de 130 débuts sur notre scène ! Découvrez dès maintenant ces nouveaux noms qui font déjà parler d’eux.

Opéra mis en scène

Débuts dans Le Freischutz de Weber

Johanni van Oostrum, soprano (Agathe)
D’où elle vient : Afrique du Sud Années de formation : Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Opernstudio de l’Opéra de Zürich Révélation : En 2012, remplace au pied levé la chanteuse qui devait interpréter la Maréchale dans Le Chevalier à la Rose de Strauss, au Dutch Nationale Oper à Amsterdam, avec l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam dirigé par Sir Simon Rattle. Ses rôles : les grands rôles chez Mozart (la Comtesse, Wagner (Elsa, Senta) et Strauss (la Maréchale, Chrysothemis), mais aussi : Antonia dans Les Contes d’Hoffmann, Katia Kabanova… On l’a vue à : la Bayerische Staatsoper à Munich, le Bolshoï à Moscou, le Dutch Nationale Oper à Amsterdam, festival de Baden-Baden… On la verra au TCE dans : Le Freischutz, opéra de Weber mis en scène par Cie 14:20 en octobre 2019
Chiara Skerath, soprano (Ännchen)
D’où elle vient : Belgique, une famille mélomane belgo-suisse On prononce ça comment ? Années de formation : Conservatoire national de Paris, Universität für Musik und darstellende Kunst de Vienne, Young Singers Project au festival de Salzbourg Révélation : remarquée dès l’âge de 23 ans lors de différents concours Ses rôles : beaucoup de Mozart (de Barberine à Suzanne, Servilia, Zerlina, Cinna), mais aussi Sophie dans Werther et Mélisande. On l’a vue à : Theater an der Wien, Opéra de Paris, Opéra de Bordeaux, Opéra national du Rhin, festival de Salzbourg… On la verra au TCE dans : Le Freischutz, opéra de Weber mis en scène par Cie 14:20 en octobre 2019 Découvrez-la en video: Měsíčku na nebi hlubokém - Rusalka - Antonín Dvorák"]
Vladimir Baykov, baryton-basse (Kaspar)
D’où il vient : Moscou Années de formation : Conservatoire Tchaïkovsky à Moscou Révélation : Vladimir Baykov n’a commencé à étudier la musique qu’à 18 ans (et a eu le temps de terminer ses études en chimie et cybernétique, ainsi qu’une thèse) Ses rôles : Boris Godounov, Kniaz Igor, Ruslan (Ruslan et Ludmila), Oroveso (Norma), Leporello (Don Giovanni), Wotan (La Valkyrie), Gunther (Le Crépuscule des Dieux), Klingsor (Parsifal)… On l’a vu à : Théâtre Mariinsky, La Monnaie de Bruxelles, Dutch National opera d’Amsterdam, Liceu de Barcelone, Theater an der Wien, Teatro Colon à Buenos Aires… Depuis 2015, il fait partie de la troupe de l’Opéra de Hambourg. On le verra au TCE dans : Le Freischutz, opéra de Weber mis en scène par Cie 14:20 en octobre 2019 Découvrez-le en video: Rondo de Farlaf (Ruslan et Ludmila, Glinka)

Aller sur la page du concert

 

Débuts dans Les Noces de Figaro de Mozart

Florie Valiquette, soprano (Barberine)
D’où elle vient : québécoise (et parisienne) ! Années de formation : Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Opernstudio de l’Opéra de Zürich Révélation : à Montréal, dans le rôle de Maria von Trapp dans la Mélodie du Bonheur en 2010. En France, dans Svadba (opéra d'Ana Sokolović, comme une suite aux Noces de Stravinsky) au Festival d’Aix-en-Provence en 2015 Ses rôles : Papagena (La Flûte Enchantée), Sophie (Werther), Barbarina (Les Noces de Figaro), Tytania (Le Songe d’une nuit d’été)... A chanté avec : William Christie, Kent Nagano, Charles Dutoit... Elle aime aussi : le yoga, les animaux On l’a vue à : Capitole de Toulouse, Opéra de Zurich, Opéra de Lille, Opéra Comique… On la verra au TCE dans : Barberina dans Les Noces de Figaro, du 26 novembre au 7 décembre 2019 Découvrez-la en video: Pronta io son, duet extrait de Don Pasquale de Donizetti"]
James Gray, réalisateur & metteur en scène
D’où il vient : Queens, New York. Années de formation : enfant, il voulait devenir peintre… Mais la découverte des grands maîtres du 7e art (dont Francis Ford Coppola, Scorsese, Altman, Kubrick..) lui fait prendre le chemin du cinéma à l’Université de Californie du Sud. Révélation : à 25 ans, il réalise son premier film, Little Odessa, qui reçoit le prestigieux Lion d’Argent au Festival de Venise de 1994. On l’a vu à : Festival de Cannes (quatre de ses cinq films ont fait partie de la sélection officielle : The Yards, La nuit nous appartient, Two Lovers et The Immigrant) Et la musique dans tout ça ? James Gray est un immense fan et grand connaisseur de musique classique (qu’il incorpore fréquemment dans la narration de ses films). A vu son premier opéra à l’âge de 7 ans (« Carmen, j’avais détesté »), puis l’a adoré avec La Traviata. Il joue du piano. Anecdotes : il tourne tous ses films en 35mm. Grand fan de Claude Chabrol. Le chef d’orchestre Jérémie Rhorer (avec qui Gray crée sa première mise en scène d’opéra, Les Noces de Figaro), avait vu tous ses films On le verra au TCE dans : Les Noces de Figaro (sa première mise en scène d'opéra) Découvrez-le en video: bande-annonce de Two Lovers (2009) avec déjà, des extraits d’opéra !

Aller sur la page du concert

 

Débuts dans Les Petites Noces d’après Mozart (opéra participatif jeune public)

Iñaki Encina Oyón, direction musicale Tamara Bounazou, soprano (Suzanne) Kamil Ben Hsaïn Lachiri, baryton (Figaro)
D’où il vient : Namur, Belgique On prononce ça comment ? Années de formation : commence des études de piano à 3 ans, et se voit orienter vers le chant lorsqu’un professeur l’entend singer un chanteur d’opéra. Conservatoire royal en classe de piano, puis l’Académie de chanteurs du Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles Révélation : Finaliste du concours Voix nouvelles 2018 Ses autres passions : Kamil a une licence de piano, il est également Maître en économie (UNamur et UCL) et Maître en finance (Geneva School of Economics). Il aime aussi : cuisiner ! On l’a vu à : Opéra de Dijon, Bozar de Bruxelles, Opéra Royal de Wallonie, Atelier Lyrique de Tourcoing, Opéra Royal de Liège… Découvrez-la en video: Pronta io son, duet extrait de Don Pasquale de Donizetti
Gilen Goicoechea, baryton (Le Comte Almaviva)
D’où il vient : Bilbao, Espagne On prononce ça comment ? (Guilène Go-i-o-tche-a) Années de formation : se lance dans l’opéra à l’âge de 18 ans, puis Conservatoire d’Avignon Révélation : finaliste du concours Voix Nouvelles 2018 Ses rôles : Le Comte Almaviva, Betto (Gianni Schicchi, Ramiro (L’Heure Espagnole) Il aime aussi : l’opérette ! On l’a vu à : Opéra national de Lorraine Découvrez-le en video: Io morro (Don Carlo, Verdi)

Aller sur la page du concert

 

Débuts dans Roberto Devereux de Donizetti

Artur Ruciński, baryton (Lord Duc de Nottingham)

Débuts dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi

Emilie Renard, Amour

Lucia Martin Carton, Valetto

Philippe Estèphe, Mercure / Un licteur / Premier consul

Manuel Nunez-Camelino, Liberto / Deuxième soldat / Un tribun

Opéra en version de concert

Débuts dans Don Giovanni de Mozart le 19 septembre 2019

Jonathan McGovern, Don Giovanni
D’où il vient : Grande Bretagne (dans le comté de Surrey) On prononce ça comment ? Années de formation : King’s College London, puis l’Académie Royale de musique à Londres. « On s'attend à ce que les chanteurs britanniques soient passés par les cathédrales. Ce n'était pas ma route. Mon école primaire avait une chorale. J'ai été incroyablement chanceux que, dans mon école, on pensait que chanter, c’était cool. » Révélation : Alors qu’il fait un job d’étudiant au Wigmore Hall en tant que tourneur de pages, il finit par gagner la célèbre Wigmore Hall Song Competition. Il passe ainsi de tourneur de pages à la lumière des projecteurs en l’espace d’un an. Ses rôles / son répertoire : Papageno (La Flûte Enchantée), Pelléas (Pelléas et Mélisande), Andrei (Guerre et Paix de Prokofiev), Orfeo… Il aimerait chanter un jour : Onegin! Il aime aussi / Fun fact : jouer de la flûte à bec On l’a vu à : Covent Garden, Staatsoper Hamburg, Komische Oper Berlin, Théâtre du Capitole, Opéra de Lyon.. On le verra au TCE dans : le rôle-titre de Don Giovanni, 19 septembre 2020 (concert de l’ouverture de la saison 2019-20) Découvrez-le en vidéo:Air de Papageno (La Flûte Enchantée, production du Garsington Opera Festival)
David Ireland, baryton-basse (Leporello)
D’où il vient : Angleterre (il vit à Londres) Années de formation : Guildhall School of Music and Drama, puis membre du National Opera Studio au English National Opera à Londres en 2016-17. Actuellement membre du programme Harewood Artists de l'English National Opera. Ses rôles : Bartolo (Barbier de Séville), Leporello (Don Giovanni), Kuligin (Katia Kabanova), Don Magnifico (La Cenerentola)... Il aime aussi : "Food and Dog Fanatic", comme il se définit lui-même. On l’a vu à : English National Opera, Garsington Opera, Opéra National de Lorraine, Nancy, Opéra de Montpellier, Opéra d’Avignon... Découvrez-le en video: L'air du catalogue, Leporello, dans Don Giovanni de Mozart
Camila Titinger, soprano (Donna Anna)
D’où elle vient : Brésil et Italie On prononce ça comment ? https://youtu.be/klQbxGG3whA?t=36 Années de formation : née dans une famille musicale, mère pianiste et grand-père chanteur. A pris des cours très jeune, mais a été vite sous les projecteurs, puis a repris « de zéro » les cours de technique vocale à l’adolescence, dans diverses écoles au Brésil. Révélation : en Europe, lors du concours Neue Stimmen 2015 / puis au Paris Opera Competition au TCE en 2017 (oui, techniquement, c'est sa deuxième fois au TCE si l'on comprend le concours !) Ses rôles : Comtesse Almaviva des Noces de Figaro, Donna Elvira dans Don Giovanni, Leïla dans Les Pêcheurs de Perles, Tatiana dans Eugène Onéguine, Micaëla dans Carmen, Donna Anna dans Don Giovani, Pamina dans La Flûte Enchantée, Rusalka dans l’œuvre éponyme, Marguerite dans Faust de Gounod Anecdote : son père, médecin, se méfiait de l’idée de la lancer trop jeune dans le chant, et Camila a donc attendu l’aval d’un oto-rhino-laryngologiste pour commencer à prendre des cours de chant ! Ensuite, la très jeune chanteuse a eu beaucoup de succès, passant même plusieurs fois à la télé brésilienne. On l’a vue à : Opéra de Toulon, Theatro Municipal de Sao Paulo, Theatro Sao Pedro, festival de Bregenz, Garsington Opera Découvrez-la en video: E susanna non vien!, extrait des Noces de Figaro de Mozart, lors du concours Neue Stimmen 2015
Sky Ingram, soprano (Donna Elvira)
D’où elle vient : Adelaide, Australie (elle vit à Londres) Années de formation : Guildhall School of Music & Drama à Londres Révélation : signée par l’agence prestigieuse londonienne Ingpen & Williams dès sa sortie du cursus au National Opera Studio à Londres. Ses rôles : Musetta (La Bohème), Micaëla (Carmen), Pamina (La Flûte Enchantée), Helena (A Midsummer Night’s Dream), Contessa Almaviva (Les Noces de Figaro), Katya (Katya Kabanová)… Elle aime aussi : la musique contemporaine, le vin rouge et Disney. A été invitée par la Reine d’Angleterre à une réception au Buckingham Palace. On l’a vue à : Covent Garden (Orpheus, Glare), Opera North, Garsington Opera… On la verra au TCE dans : Donna Elvira dans Don Giovanni, 19 septembre 2020 Découvrez-la en video: Come scoglio, air de Fiordiligi Così fan tutte
Trystan Llŷr Griffiths, ténor (Don Ottavio)
D’où il vient : Cardiff, pays de Galles On prononce ça comment ? (Tristan Khir Griffiths) Révélation : Lauréat HSBC 2018 du Festival d’Aix-en-Provence. Paris Opera Competition 2017 (c'est donc techniquement son deuxième pas au TCE, après ce concours !) Ses rôles : Tamino (La Flûte enchantée), Gonzalve (L’Heure espagnole, Ravel), Beppe (I Pagliacci, Leoncavallo), Nemorino (Elixir d’Amour) Il aime aussi : le rugby, le pays de Galles On l’a vu à : Opéra de Zurich, Opéra de Lorraine, Festival d’Aix en Provence, Opéra d’Amsterdam… Découvrez-le en video: Agustin Lara : Granada
Mireille Asselin, soprano (Zerlina)
D’où elle vient : Ottawa, Canada Années de formation : Royal Conservatory of Music de Toronto, puis Yale University Opera Program (master obtenu en 2010) Révélation : en Europe, notamment lors de son interprétation de Princesse Andromède dans Persée de Lully à l’Opéra Royal de Versailles en mai 2014 Ses rôles : Rosina (Le Barbier de Séville), Despina (Cosi fan Tutte), Valencienne (La Veuve Joyeuse), Poussette (Manon), ou encore Adele (La Chauve-Souris). Mireille Asselin a également une appétence pour le baroque : Morgana dans Alcina, Galatea dans Acis et Galatée, Créuse dans Médée... Elle aime aussi : faire des randonnées, des pâtisseries et des roadtrips On l’a vue à : l’Opéra Royal de Versailles, le Metropolitan Opera, Garsington Opera Découvrez-la en video: In uomini, in soldati, dans Cosi fan tutte de Mozart
Paul Whelan, baryton-basse (Le Commandeur)
D’où il vient : né en Nouvelle Zélande, basé à New York Années de formation : Conservatoire de Wellington - Royal Northern College of Music en Angleterre. Révélation : Cardiff Singer of the World Lieder Prize (1993). Attention, si Paul Whelan fait ses débuts au TCE, il a une carrière internationale longue de plus de vingt ans à faire pâlir d'envie n'importe quelle basse ! Ses rôles : Sarastro (La Flûte Enchantée), Gremin (Eugène Onéguine), Titurel (Parsifal), Daland (Le Vaisseau fantôme), Claudio (Hamlet) On l’a vu à : Metropolitan Opera, Covent Garden, Bayerische Staatsoper à Munich, Opéra de Paris, Opéra de Genève, Opéra d'Amsterdam, Wigmore Hall... Découvrez-le en video: "Solitudine amata", scène de la mort de Sénèque dans le Couronnement de Poppée
Thomas Faulkner, baryton-basse (Masetto)
D’où il vient : Londres Années de formation : Cambridge University et la Royal Academy of Music London, puis l'Opéra studio de Oper Frankfurt. Ses rôles : Alidoro (La Cenerentola), Dulcamara (L'Elixir d'Amour), Sarastro (La Flûte Enchantée), Gremin (Eugène Onéguine) Il aime aussi : l'histoire et la politique On l’a vu à : Oper Frankfurt, Scottish Opera, Covent Garden (saison 2019/20)

Aller sur la page du concert

 

Débuts dans Giulio Cesare de Haendel le 24 septembre 2019

Kacper Selążek, contre-ténor (Tolomeo)

Débuts dans Gloria (Vivaldi) et Dixit Dominus (Haendel) le 25 septembre 2019

Ekaterina Bakanova, soprano
D’où elle vient : Mednogorsk, Russie Années de formation : Dans sa petite ville natale perdu dans l'Oural, Ekaterina Bakanova s'inscrit à l'école de musique à 12 ans. Les classes de piano et de violon sont pleines (et elle est jugée trop âgée pour les intégrer de toute façon), elle s'inscrit en classe d'accordéon. Sa grand-mère l'encourage, car "en apprenant à jouer d'un instrument, tu auras toujours de l'argent, car on peut aller jouer à un mariage ou ailleurs.." Mais, à 16 ans, elle cherche un nouveau défi, part seule à Moscou et réussit l'entrée du prestigieux institut Gnessine, en classe de chant. Elle fait ses premiers pas dans la troupe de Novaya Opera, puis décide de partir pour l'Italie... Révélation : En 2015 à Covent Garden, elle remplace Sonya Yoncheva dans La Traviata au pied levé (représentation qui s'est terminée en standing ovation). Depuis, elle est l'une des sopranos les plus suivies du moment. Ses rôles : Lucia di Lammemoor, Violetta, Musetta, Micaëla, Pamina, Norina Zerline... Ses prochains débuts: Liú dans “Turandot” et Antonia dans “Les contes d’Hoffmann”. Elle aime aussi : les chiens ! On l’a vue à : Semperoper Dresden, La Fenice de Venise, Teatro Regio Torino, le Capitole de Toulouse, les Arènes de Vérone... On la verra au TCE : à deux reprises: dans Dixit Dominus de Vivaldi le 25 septembre 2019 et dans Juditha Triumphans de Vivaldi le 11 février 2010, sous la direction de Jean-Christophe Spinosi. Découvrez-la en video: air de Magda dans La Rondine
Marlène Assayag, soprano
D’où elle vient : Paris Années de formation : Après des études de flûte à bec, piano et harmonie, Marlène Assayag découvre l’art lyrique en interprétant, à 14 ans, le rôle-titre de l’opéra pour enfants de Nicolas Bacri Fleur et le miroir magique Ses rôles : La Reine de la Nuit (La Flûte Enchantée), Gilda (Rigoletto), Constance (L’Enlèvement au Sérail), Donna Anna (Don Giovanni) On l’a vue à : Festival d’Aix-en-Provence, Opéra de Fribourg, Opéra de Nancy… On la verra au TCE dans : Dans Gloria/Dixit Dominus de Vivaldi (2e soprano), 25 septembre Aux côtés de Ekaterina Bakanova, Jean-Christophe Spinosi et l’Ensemble Matheus Découvrez-la en video: Air de la Reine de la Nuit, Der Hölle Rache

Débuts dans Elias de Mendelssohn, 8 octobre 2019

Brenden Gunnell, ténor (Elias)
D’où il vient : l’état de Michigan aux Etats-Unis On prononce ça comment ? Années de formation : le prestigieux Curtis Institute of Music à Philadelphie Ses rôles : c’est un « helden tenor » : Peter Grimes, Idoménée, Siegmund (La Valkyrie), Erik (Le vaisseau fantôme) Il aime aussi : "chef, amateur fly fisher, weekend bandit!", ainsi qu'il se présente lui-même. On l’a vu à : Festival de Glyndebourne, Teatro dell’Opera à Rome, Bayerische Staatsoper à Munich, Semperoper Dresden Découvrez-le en video: Peter Grimes Acte 2: "In dreams I've built myself..."

Débuts dans Pastorale de Noël de Charpentier, 4 décembre 2019

Sébastien Daucé, direction musicale
D’où il vient : Rennes Années de formation : avant d’intégrer le Conservatoire supérieur à Lyon, le chef d’orchestre Sébastien Daucé a été choriste dans une maîtrise religieuse – autant dire qu’il connaît cette musique de l’intérieur. Révélation : En 2008, il crée son ensemble Correspondances. En 2015, leur album Leçons de Ténèbres, enregistré avec la soprano Sophie Karthäuser pour Harmonia Mundi, est récompensé d’un ffff de Télérama, un Diapason d’Or et un Choc de Classica. En 2016, l’ensemble Correspondances succède aux Arts Florissants au Théâtre de Caen (où ceux-ci étaient implantés ces 25 dernières années). Répertoire : musique baroque, musique sacrée française On l’a vu à : Chapelle Royale de Versailles, Abbaye d’Ambronay, Théâtre de Caen, aux Bouffes du Nord… Découvrez-le en vidéo: Pastorale de Noël de Charpentier<

Bénédicte Tauran, soprano (Renommée / Junon / Mycène)

Fabien Hyon, ténor (Mercure / Un berger)

Débuts dans Stabat Mater (Pergolèse/Scarlatti), 10 décembre 2019

Thibault Noally, direction et violon

Débuts dans L’Italienne à Alger de Rossini, 11 janvier 2020

Margarita Gritzkova, mezzo-soprano (Isabella)
D’où elle vient : Saint-Pétersbourg, Russie Années de formation : piano, puis chant au Conservatoire de Saint-Pétersbourg Révélation : Dès la fin de ses études, elle intègre la troupe de l'Opéra de Weimar. Deux ans plus tard, elle intègre la troupe de l'Opéra de Vienne, où sa participation au traditionnel concert de Noël télévisé rend son nom connu à beaucoup de mélomanes. Ses rôles : Idamante, Sesto, Dorabella, Smeton, Rosina, Cenerentola, Tisbe... Elle aime également beaucoup la musique de chambre (un CD Prokofiev / Chostakovitch est en préparation). On l’a vue à : Opéra de Vienne (dont elle est membre de la troupe depuis 2012), au festival de Salzbourg, au Deutschen Oper am Rhein... Découvrez-la en video: air de La Cenerentola

Débuts dans Orlando de Haendel, 13 janvier 2020

Francesco Corti, direction musicale

Débuts dans Requiem de Mozart, 29 janvier 2020

György Vashegyi, direction musicale

Débuts dans Juditha Triumphans de Vivaldi, 11 février 2020

Ekaterina Bakanova, soprano (Vagaus)

Natalia Kawalek, mezzo-soprano (Ozias)

Benedetta Mazzucato, contralto (Abra)

Débuts dans La femme sans ombre de R. Strauss, 17 février 2020

Katrien Baerts, soprano (La voix du faucon)

Andreas Conrad, ténor (Le Bossu)

Bror Magnus Tødenes, ténor (L’apparition d’un jeune homme)

Thomas Oliemans, baryton (Le messager de Keikobad)

Michael Wilmering, baryton (Le Borgne)

Débuts dans Petite Messe solennelle de Rossini, 24 février 2020

Bart Van Reyn, direction musicale

Daniele Antonangeli, baryton-basse

Bart Rodyns, harmonium

Tanguy de Williencourt piano

Débuts dans Fidelio de Beethoven, 27 février 2020

Swedish Chamber Orchestra & Swedish Radio Choir

Michael Weinius, ténor (Fidelio)

Johan Schinkler, basse (Rocco)
D’où il vient : Stockholm On prononce ça comment ? Ses rôles : Méphistophélès (Faust), Hagen (Le Crépuscule des Dieux), Grémine (Eugène Onéguine), Il Commendatore (Don Giovanni)… Anecdote : Johan Schinkler est également acteur (les suédois le connaissent comme la voix de Muasa dans le Roi Lion) On l’a vu à : dans toutes les plus grandes maisons d’opéra en Suède (Stockholm, Göthenburg, Malmö…) Découvrez-le en video: Hagen (Götterdämmerung) - "Schläfst Du Hagen, mein Sohn"

Malin Christensson, soprano (Marzelline)

Karl-Magnus Fredriksson, baryton (Don Fernando)

John Lundgren, baryton (Don Pizarro)

Débuts dans Acanthe et Céphise de Rameau, 24 mars 2020

Ensemble Les Ambassadeurs

Anne-Sophie Petit, soprano (Délie / La deuxième prêtresse)

Marine Lafdal-Franc, soprano (Une fée / Une bergère )

Mélodie Ruvio, contralto (La troisième prêtresse)

Débuts dans Roméo et Juliette de Gounod, 24 mars 2020

Laurent Sérou, basse

Débuts dans Serse de Haendel, 4 avril 2020

Enrico Onofri, direction musicale

Emily D’Angelo, mezzo-soprano
D’où elle vient : Canada, famille d’origine italienne On prononce ça comment ? [Emily DiAndgelo] Années de formation : Toronto Children’s Chorus, puis le prestigieux programme du Metropolitan Opera, « Lindemann Young Artist Development Program » Révélation : Premier prix de l’Opera Competition en 2018, débuts au Metropolitan Opera dans le rôle de Annio (La Clémence de Titus), à l’âge de 25 ans seulement. Ses rôles : Nerone (L’incoronazione di Poppea), Sesto (Giulio Cesare), Cherubino (Les Noces de Figaro), Annio (La Clémence de Titus), Rosina (Le Barbier de Séville) , Dorabella (Cosi fan tutte) Elle aime aussi : jouer au football On l’a vue à : Staatsoper Unter den Linden, Berlin, Santa Fe Opera, Metropolitan Opera, et cette saison à l’Opéra de Vienne On la verra au TCE dans : le rôle de Serse dans Serse de Haendel, 4 avril 2020 Découvrez-la en video: Dopo notte (Ariodante)

Débuts dans Passion selon Saint Matthieu de Bach, 8 avril 2020

William Shelton, contre-ténor

Débuts dans Missa Solemnis de Beethoven, 22 avril 2020

Christof Fischesser, basse

Débuts dans L’Orfeo de Monteverdi, 11 mai 2020

Anne-Kathryn Olsen, soprano (Eurydice)
D’où elle vient : San Francisco Répertoire : passionnée par les musiques historiques. De l’avant-garde gothique italienne aux premières musiques traditionnelles des Appalaches, des traditions vocales méditerranéennes à la musique de Johann Sebastian Bach. On l’a vue à : Gewandhaus in Leipzig, La Monnaie in Brussels, the Konzerthaus in Vienna and the Concertgebouw in Amsterdam Découvrez-la en video: O care parolette (Orlando)

Luciana Mancini, mezzo-soprano (La Messagère)

Céline Scheen, soprano (Proserpine / La Musique)

Benedetta Mazzucato L’Espérance / Une nymphe

Vincenzo Capezzuto, alto (Un berger)

Aidan Coburn, ténor (Un berger / L’écho / Un esprit)

John Taylor Ward, baryton-basse (Un berger / Un esprit / Caron)

Dingle Yandell, baryton-basse (Un berger / Pluton / Un esprit)

Débuts dans Alessandro de Haendel, 18 mai 2020

Raffaele Pe, contre-ténor (Cleone)

Débuts dans Psyché de Thomas, 25 juin 2020

Pierre Bleuse, direction musicale
D’où il vient : Boulogne-Billancourt (père compositeur, mère chanteuse lyrique) Années de formation : étudie le violon au Conservatoire de Toulouse, puis de Paris. A commencé la direction d’orchestre à 31 ans, d’abord en Finlande, puis HEM de Genève. Révélation : Mozarteum de Salzbourg, lors du festival de 2014. Répertoire : particulièrement impliqué dans le répertoire contemporain Il aime aussi : aider les jeunes à faire de la musique (il a créé un orchestre symphonique pour les jeunes, Musica Orchestra Academy) On l’a vu : sur France 3, dirigeant l’Orchestre de chambre de Paris pour Fauteuils d’Orchestre, diffusé en janvier 2019. Egalement au Capitole de Toulouse, au Mozarteum de Salzbourg. Découvrez-le en vidéo: Le cygne de Saint Saens, aux 25e Victoires de la musique, soliste Gautier Capuçon, Pierre Bleuse à la baguette

Marie Gautrot, mezzo-soprano (Bérénice)

Ludivine Gombert, soprano (Dafné)

Aller sur la page du concert