Eugène Onéguine © Vincent Pontet

Lors de chaque ultime répétition générale, Michel Franck (directeur général du TCE) prononce un bref discours pour présenter l’ouvrage et l’équipe artistique au public. Nous publions, dans cette rubrique, ses notes – une entrée en matière façon “executive summary” en 2 minutes top chrono!

Bonsoir à tous,

Eugéne Onèguine est pour moi l’opéra parfait : un livret exemplaire, basé sur le roman de Pouchkine où se mêlent légèreté, drame, amour, joie, douleur, sens de l’honneur. La musique si riche et romantique de Tchaïkovski combine savamment grands airs (La lettre, Kuda Kuda, Grémine…), des duos, des quatuors, des scènes de chœur, des scènes de danse… Tous les ressorts du Grand opéra sont là.

Eugène Onéguine © Vincent Pontet

Eugène Onéguine au TCE

Pourtant depuis presque 110 ans il n’a été donné que deux fois, très brièvement, au Théâtre en 1930 et en 1990, avec des troupes russes invitées.

C’est donc la première vraie production scénique de ce chef d’œuvre au TCE et c’est à Stéphane Braunschweig que j’ai demandé de le monter : déjà présent ici avec Idoménée, Don Giovanni et Norma. Il s’agira donc de sa 4ème production. Son sens de la dramaturgie, qui va directement à l’essentiel, avec une économie d’effets, me touche infiniment. Il sait, avec une direction d’acteur extrêmement précise mettre en exergue tous les ressorts dramatiques dès qu’il dirige chanteurs ou comédiens.  

Merci à toi Stéphane et à toute ton équipe (les deux Marion, Alexandre, Thibaut et Georges)

La distribution

Pour servir ce chef d’œuvre une distribution qui alterne français et russes : Jean Sébastien Bou dans le rôle titre (déjà Don Giovanni pour Stéphane Braunschweig, et Pelléas pour Éric Ruf), Jean Teitgen (Arkel récemment), Jean-François Borras (La Vestale et Macbeth), Delphine Haidan, et Mirelle Delunsch (autrefois grande Tatiana), Yuri Kissin (franco russe), Gelena Kaskarova et Alisa Kolosva, les deux sœurs “russes”, et Marcel Beekman dans le rôle de Mr Triquet (inénarrable Maitre de Musique dans Ariane à Naxos il y a 2 ans)

A la baguette, pour la première fois au TCE, la jeune cheffe américaine Karina Canellakis que l’on se réjouit d’accueillir. L’orchestre National de France et le chœur de l’Opéra de Bordeaux complètent magnifiquement ce spectacle.

Merci à eux tous et bonne soirée.

Alisa Kolosova (Olga) et Jean-François Borras (Vladmir Lenski) © Vincent Pontet
Partagez sur :