Premier logo du Théâtre des Champs-ElyséesPremier logo du Théâtre des Champs-Elysées

L’on sait que le choix originel de la nomination de « Théâtre des Champs-Elysées » fut à la fois lié à  la définition de son activité (y présenter tous les genres du spectacle vivant, du théâtre parlé aux diverses formes musicales et chorégraphiques) et à son emplacement d’origine (le Rond-Point des Champs-Elysées).

Des raisons multiples ont fait qu’il fut finalement bâti avenue Montaigne. Tout au long de son histoire, il conservera ce nom de Théâtre des Champs-Elysées (déposé dès 1907 lors de la création de la Société Immobilière qui devait régir l’organisation administrative le temps des travaux) que l’on retrouve dans ses entêtes d’affiches et logos successifs, complété parfois par un élément d’architecture. Rapide voyage typographique dans le temps.

En 1913, son fondateur Gabriel Astruc, adopte une version très élégante et moderne sur trois lignes soulignées par son nom et sa fonction mais qu’il double graphiquement par la déclinaison des initiales « TCE » en réunissant ces trois lettres sous forme d’un monogramme accompagnant ses programmes comme ses cartons d’invitation (ci-dessous).

Dans les années 20 et 30, la typo est reine de l’affiche. On ne retrouve pas dans ces décennies de logo à proprement parlé mais juste la mention « Théâtre des Champs-Elysées » déclinée sous diverses formes : en capitales, en majuscules, les deux mixées, avec des graisses différentes selon la partie sur laquelle on souhaite insister…

Signalons qu’entre 1925 et 1929 (seconde partie de la direction du lieu par Rolf de Maré), le Théâtre complète son appellation en y rajoutant la mention de « Music-Hall ».

L’Après-guerre est marquée par des formes sobres et classiques (et avouons-le peu imaginatives graphiquement) quant à la présence du nom du Théâtre.

Il faudra attendre les années 80 pour retrouver un peu de créativité et que l’on se soucie de « visibilité » en termes de communication avec la création d’un logo en deux parties : un traditionnel traitement typo pour la partie supérieure et la silhouette du bâtiment accompagnant systématiquement l’adresse. S’il est encore très réaliste sur les publications de 1985 (ci-contre), il s’affirme dès la saison suivante sous la forme d’une réalisation beaucoup plus graphique.

Les années 90 font preuve à la fois d’un renouveau de l’ensemble de la charte graphique : deux typos différentes pour le logo, utilisation en parallèle des majuscules et minuscules, stylisation de la forme du parterre de la salle évoquant le C des Champs et pour le texte, typo « grasse » mais à l’aspect moderniste sans aucune utilisation de majuscules ni aucune image. Ce logo, signé Patrick F. van Dieren, reste un modèle de créativité typographique de ces années.

Dix ans plus tard, un nouveau logo voit le jour signé du graphiste Daniel Chompré . Il conserve l’idée d’utiliser une forme de la salle (là, il s’agit de l’un des « hublots » des portes des loges de corbeille) mais revient à une typo plus classique et en majuscule (et avec accents). En 2010, le Studio Be-Pôles se prête à son tour à l’exercice de revisiter la charte graphique du Théâtre et propose le logo que nous utilisons encore aujourd’hui : une typo dans le souvenir des années 30, sans aucun accent sur les majuscules et avec le retour de l’adresse en base-line.

Logo de Daniel Chompré (à gauche) et logo actuel signé Be-Pôles (à droite)

Une ultime version événementielle a vu le jour en 2013 pour la célébration du centenaire du Théâtre. Créé par le graphiste Olivier Hochard, il revenait à l’utilisation de la forme du bâtiment (en y intégrant la Comédie) et une écriture de type « bâton ».

Pour en savoir plus sur la création du Théâtre

Suivez Ophélie au Théâtre des Champs-Elysées !
Partagez sur :