Kian Soltani

Le violoncelliste autrichien de 27 ans n’est plus une étoile montante, mais un musicien convoité par les plus grandes salles, du Musikverein à Vienne au Carnegie Hall. A l’occasion de ses débuts au TCE, voici quelques lignes pour mieux le connaître avant de le découvrir sur scène. Présentations !

Il vient d’où ? Né à Bregenz, en Autriche, de parents musiciens venus d’Iran pour étudier la musique classique à Vienne.

On prononce ça comment ? [Kian Soltani] avec un “s” et non un “z”. L’accent tonique tombe sur le “o” (Kian SOltani et non SoltAni).

Années de formation : Soltani a commencé le violoncelle à l’âge de 4 ans et a été admis dans la classe d’Ivan Monighetti à l’Académie de musique de Bâle à seulement douze ans. Il a reçu la bourse de la fondation Anne-Sophie Mutter en 2014, et a terminé ses études au sein du programme Jeunes Solistes de l’Académie Kronberg en Allemagne.

Révélation : Soltani fait ses débuts dans la célèbre salle du Musikverein à Vienne à 19 ans. Puis il auditionne pour le West-Eastern Divan Orchestra de Daniel Barenboim où il est engagé en tant que chef du pupitre des violoncelles. En 2013, il gagne le International Paulo Cello Competition à Helsinki.

Il admire : Son cousin violoncelliste qui lui a donné le goût de cet instrument ; Yo-Yo Ma et Giovanni Sollima, mais aussi son professeur, Ivan Monighetti, et Mstislav Rostropovitch avec qui Monighetti avait étudié.

Il joue sur : un violoncelle Stradivarius 1694 “London”

Répertoire : musique de chambre, avec Beethoven, Schumann ou encore Schubert (il joue souvent en trio avec Daniel Barenboim). D’une curiosité sans limites, il aime explorer la totalité du répertoire de la musique classique et au-delà.

Il aime aussi : le cinéma

On l’a entendu avec Los Angeles Philharmonic, Filarmonica della Scala, les orchestres philharmoniques de Vienne et de Londres, la Staatskapelle de Berlin, le Boston Symphony et l’orchestre Tonhalle. Kian Soltani a fait ses débuts à Carnegie Hall en 2019.

On le verra au TCE dans : le triple concerto de Beethoven avec Renaud Capuçon, Lahav Shani et l’Orchestre philharmonique de Rotterdam.

Découvrez-le en video: Concerto op.129 de Schumann, avec le SWR Symphonieorchester dirigé par Christoph Eschenbach

Partagez sur :