Seong-Jin Cho, pianiste (c) Holger Hage

Les concours de piano, ce sont un peu les JO de la musique : ils tiennent le public de la musique classique en haleine, et, lorsqu’un compatriote gagne, les cocoricos fusent ! Parmi les plus grands concours, celui de Chopin est l’un des plus connus.  On profite de la venue au TCE de Seong-Jin Cho (1er prix lors de la dernière édition du concours Chopin en 2015) pour retracer le parcours des autres lauréats du concours, célèbres ou oubliés.

Le concours Chopin : qui sont les juges et qu’y gagne-t-on ?

Affiche du Concours Chopin 2020

Le concours Chopin est le 2ème prix le mieux doté au monde après celui de Cleveland (30 000€ pour le 1er prix). Mais, pour beaucoup de participants, c’est surtout l’occasion de se faire repérer par le public qui suit les épreuves du concours retransmises sur Internet, par les médias, les agents et les directeurs de festivals et salles de concert qui piochent souvent là des artistes pour leur prochaines éditions.

Le jury est composé non seulement de professeurs et critiques de piano, comme c’est le cas, par exemple, du concours Tchaïkovsky, mais aussi de pianistes (notamment Martha Argerich ou encore Nelson Freire, lors de l’édition 2010 dont le jury était principalement composé de pianistes). 

Particularité : plutôt que de récompenser le jeu d’un pianiste, le concours se concentre sur la fidélité à l’âme de Chopin. Le concours a été fondé dans les années 1920 pour promouvoir un style d’interprétation « authentique », les fondateurs jugeant que, au fil des ans, le style avait été perdu sous des couches successives de libertés et exagérations personnelles des pianistes. Les éliminatoires et programmes imposés ne comportent d’ailleurs que des œuvres du compositeur polonais.

Difficulté particulière : éviter de se faire étiqueter ! De nombreux pianistes, brillantissimes dans Chopin, peinent par la suite à atteindre la même renommée dans un autre répertoire, au risque de devoir interpréter jusqu’au restant de leurs jours le 1er concerto pour piano de Chopin avec tous les orchestres du monde. 

Qui sont les lauréats les plus connus du concours Chopin ?

Avec le recul, les années 1960-70 semblent être l’âge d’or du Concours : on a ainsi, l’un après l’autre, Maurizio Pollini (1960, 1er prix) et Martha Argerich (1965, 1er prix), Mitsuko Uchida (1970, 2e prix) et Krystian Zimerman (1er prix, 1975).

Les éditions ultérieures ont connu, elles aussi, des coups d’éclat, notamment avec la victoire de Rafał Blechacz en 2005, à qui le jury a décerné le premier prix, les quatre prix spéciaux d’interprétation ainsi que le prix du public, et a choisi de ne pas décerner de 2e prix pour mieux marquer l’écart avec les autres candidats. 

Lukas Geniušas et Daniil Trifonov en coulisses du concours.

Cas encore plus intéressant, les « perdants – gagnants » ! En 1980, Ivo Pogorelich a raté, de près, d’être en finale (plusieurs membres du jury, dont Martha Argerich, allant jusqu’à claquer la porte du concours lorsque Pogorelich fut éliminé avant la finale). Pogorelich a fini par obtenir le prix de la critique, une mention, un contrat de Deutsche Grammophon, et une carrière lancée en fanfare. Quant à Daniil Trifonov qui, sans grande controverse, n’est arrivé que 3e lors de l’édition 2010, derrière trois pianistes sur lesquels s’écharpe le jury, il est aujourd’hui l’un des lauréats du concours qui connaît la carrière la plus médiatique, tant sur scène qu’au disque. Les hasards des concours !

Pourquoi n’entend-on plus parler de certains lauréats ?

Eh bien… ce ne sont pas des erreurs du jury, mais peut-être bien des choix de carrière et des affaires de caractère ! Plusieurs anciens prix Chopin se partagent aujourd’hui entre l’enseignement et une carrière de pianiste moins médiatique, comme Alexander Korbin (3e prix, 2000), qui enseigne aujourd’hui aux Etats-Unis, Stanislav Bunin (1er prix en 1985, qui a passé la décennie qui a suivi son 1er prix à enseigner au Japon, où il réside actuellement), ou Kevin Kenner (2e prix en 1990) (Royal College of Music à Londres). 

A surveiller : Tony Yike Yang (pianiste chinois-canadien), le plus jeune lauréat du prix Chopin (2015, à 16 ans), actuellement étudiant à Harvard (économie + piano). Nous sommes curieux de savoir ce qu’il va devenir !

Qui est le dernier gagnant du concours Chopin ?

Le public européen n’aurait peut-être jamais connu Seong-Jin Cho s’il n’avait pas été révélé par le concours Chopin en 2015, élu par un jury composé notamment de Martha Argerich, Philippe Entremont ou encore Nelson Goerner. A l’époque, il a 21 ans, mais est déjà précédé par un aura de vainqueur: 3e prix au concours Tchaïkovsky et au concours Rubinstein à 17 ans, et 1er prix au Concours international Chopin pour jeunes pianistes à… 14 ans !

Seong-Jin Cho, concerto pour piano de Chopin (finale du concours Chopin, 2015)

Plus important encore, Seong-Jin Cho évite très rapidement l’écueil du répertoire chopinien et enregistre au disque les concertos pour piano et sonates de Mozart, mais aussi les préludes de Debussy, avec un pareil bonheur. D’ailleurs, ce n’est pas dans Chopin, mais dans le concerto pour piano n°1 de Rachmaninov que Seong-Jin Cho fera ses débuts au Théâtre des Champs-Elysées le 12 décembre prochain, aux côtés de James Gaffigan à la tête de l’Orchestre national de France.

Quel pianiste écouter dans Chopin ?

Pour l’un des gagnants du concours Chopin, le compositeur polonais est une affaire de cœur : Yundi (1er prix au concours Chopin, 2010). S’il fait également des incursions chez Liszt et Beethoven, il retrouve Chopin avec un plaisir non dissimulé en récital, du Royal Festival Hall à Londres au Carnegie Hall à New York, et a une fanbase qui n’est pas sans rappeler son compatriote et contemporain Lang Lang. Il fera ses débuts au Théâtre des Champs-Elysées lors de son récital 100% Chopin le 29 avril 2020.

Yundi, Chopin “Fantasie” Impromptu, Op. 66

La prochaine édition du concours Chopin se tiendra du 1er au 23 octobre 2020 (le concours a lieu tous les 5 ans, le calendrier 2020 est ici ).

Retrouvez les lauréats du Concours Chopin au Théâtre des Champs-Elysées :

Seong-Jin Cho : concert le 12 décembre 2019

Rafał Blechacz: concert le 1er mars 2020 et récital le 13 juin 2020.

Lukas Geniušas : Concert du Dimanche Matin le 19 avril 2020

Yundi : récital Chopin le 29 avril 2020

* nous avons choisi de présenter ici les artistes les plus connus du public français, ainsi que les lauréats les plus récents. D’autres pianistes, comme Garrick Ohlsson (1er prix, 1970), ont également eu une carrière importante, qui les a amenés sur d’autres continents

Partagez sur :