Le 14 avril 1759, Haendel meurt à Londres à l’âge de 74 ans.
Le 14 avril 2019, pour célébrer ce 260e anniversaire, une petite séquence nostalgie et les prémisses de prochains frissons.

Depuis 30 ans, Haendel est, avec Lully, le compositeur baroque le plus représenté scéniquement avenue Montaigne et la liste des versions de concert de son immense catalogue opératique donnés sur cette même scène est l’une des plus riches au monde.

Haendel mis en scène…

Honneur au pionnier, Jean-Claude Malgoire, qui en 1985, créé l’événement avec Ariodante dans une mise en scène signée Pier-Luigi Pizzi. Dix ans plus tard l’Orlando aixois du tandem Christie – Carsen ouvre la voie à Ezio (l’une des dernières performances scéniques de James Bowman) et à l’impressionnante Agrippina d’Anna Caterina Antoncacci imaginée par David McVicar (avec René Jacobs au pupitre). Le début du XXIe siècle verra lui les naissances des productions de TamerlanoSerse (avec Anne Sofie von Otter) et Semele (captivantes Annick Massis puis Daniele de Niese face au Jupitérien Richard Croft sous la houlette d’un McVicar ici encore grandement inspiré). Le Giulio Cesare signé Irina Brook et Ariodante, les deux sous la baguette orfèvre de Christophe Rousset précèdent le retour d’un nouvel Orlando (encore McVicar mais cette fois-ci avec Emmanuelle Haïm), l’élégante Theodora avec Katie Watson et Philippe Jaroussky et la somptueuse Alcina incarnée par Cecilia Bartoli.

…Et en version de concert

Depuis 2010 et l’arrivée de Michel Franck, les nombreuses versions de concert ont permis d’entendre quelques-unes des plus belles voix dans ce répertoire : la magicienne Alcina, outre Cecilia Bartoli dans la récente production scénique signée Christopher Loy, avait eu l’honneur d’être interprété par Anja Harteros puis Joyce DiDonato, Max Emanuel Cencic fut Teseo, Marie-Nicole Lemieux puis Lawrence Zazzo Giulio Cesare, Karina Gauvin Rodelinda, David Daniels doublement Radamisto puis Imeneo, Philippe Jaroussky Partenope, Franco Fagioli Rinaldo et Serse, Brenda Rae récemment Semele avant Joyce Di Donato le 29 mai prochain en Agrippina.

Haendel à venir

Cette saison, deux concerts immanquables mettent Haendel à l’honneur :

  • Ce mercredi 17 avril 2019, le concert Desperate Lovers, où Sandrine Piau et Tim Mead, dirigés par Emmanuelle Haïm, nous chantent les plus beaux airs du compositeur.
    La chef d’orchestre nous présente le programme et ses chanteurs :
  • Le mercredi 19 mai 2019, Agrippina en version de concert, où chanteront, entre autres grands talents, les superbes Joyce DiDonato et Marie-Nicole Lemieux, dirigées par le jeune Maxim Emelyanychev depuis le clavecin.
    Le chef d’orchestre a répondu à quelques uns de nos questions au clavecin :

Haendel en 2019-2020

La prochaine saison 2019-20 promet de nouveau quelques jolies perles haendéliennes tels Giulio Cesare avec Karina Gauvin et Christophe Rousset (24 septembre), Orlando avec Franco Fagioli (13 janvier), Serse avec deux jeunes « phénomènes », la canadienne Emily D’Angelo et Jakub Josef Orlinski (4 avril) et en fin de saison le rare Alessandro défendu par Bejun Metha et Julia Lezhneva (18 mai)… Sans compter les récitals de Jakub Josef Orlinski (19 décembre) et Philippe Jaroussky (15 mai) qui célèbreront eux aussi Il Caro Sassone.

(Cliquez sur chacun des événements mentionnés pour voir la page spectacle sur le site du Théâtre)

Les abonnements sont prioritaires jusqu’au 8 juin… Haendel y est en bonne place, laissez-vous tenter :

Partagez sur :