Lorsque Olivier Py met en scène l’opéra Dialogues des Carmélites de Poulenc, il demande aux chanteurs d’affronter un certain nombre de challenges. Dans l’incroyable et saisissante scène de l’agonie de la Prieure qui clôt la première partie, cette dernière est allongée dans un lit… Qu’Olivier Py et son scénographe Pierre-André Weitz ont symboliquement imaginé à la verticale, pour faire face au public.

Mais, comment descend-on d’un lit vertical ?

 

Le lit, fixé contre une paroi, possède une sangle qui permet d’attacher la mezzo-soprano par la taille avec une sangle.

La sangle qui permet de fixer le personnage de Madame de Croissy

 

Le lit fixé au pan de mur

 

Fixation du lit, de face
Fixation du bas du lit, de dos
Fixation du haut du lit, de dos

Vue d’en bas, correspondant à la position qu’il occuperait normalement dans une chambre:

Dialogues des Carmélites

Opéra de Francis Poulenc, mise-en-scène d'Olivier Py

CLIQUEZ POUR PLUS D'INFORMATIONS

Partagez sur :