P1000658ret

Le bloggueur Aymeric Lavin, collaborateur du Blog du TCE, a rencontré l’équipe d’accessoiristes présente pour la production d’Otello de Rossini, au Théâtre des Champs-Elysées du 7 au 17 avril 2014.

Lauriane, Caroline, Cristina et Émilie sont les quatre accessoiristes engagées pour un mois et demi par le Théâtre des Champs-Elysées à l’occasion de la reprise parisienne de l’opéra Otello de Rossini. La production a été créée à Zürich et vient maintenant s’installer pour plusieurs représentations avenue Montaigne.

À cette occasion, décors et costumes ont été transportés en camion, ainsi que les accessoires qui sont arrivés dans les premiers cartons. Qu’est ce qu’un accessoire ? Ce n’est pas toujours ce qui se tient par la main. Dans Otello, c’est un couteau un lit, une banquette, un sac mais pas un manteau ou l’étui du couteau qui relèvent des costumes. Bref, c’est tout objet qui demande une attention particulière ou qui subit un changement ou un déplacement au cours du spectacle.

J’ai donc pu suivre l’équipe d’accessoiristes lors d’une répétition d’Otello, à quelques jours de la première. Moi qui m’attendait surtout à un simple travail d’artisan, je découvre que c’est en fait bien plus compliqué !

 

Qu’est ce qu’un accessoiriste prépare ?

L’accessoire le plus intéressant de cette nouvelle production est le couteau avec lequel Otello tue Desdémone : il ne faut pas que le sang coule lorsque le Maure le porte, mais il doit pouvoir sortir facilement lorsque le couteau est enfoncé.

Dans les informations parvenues de Zürich, l’équipe a trouvé une recette pour pouvoir réaliser un mélange de faux sang, qu’elle peut épaissir grâce à de la Maïzena. Ce sang n’est pas le même que celui avec lequel Desdémone écrit sur le mur, car celui-ci doit en revanche couler. C’est donc la responsabilité des accessoiristes de vérifier que le sang a la bonne consistance dans chaque récipient.

 

image 3 image 4

 

Je me dis donc que les accessoiristes utilisent les mêmes astuces que l’on pourrait voir au cinéma. Mais en fait, à l’inverse du cinéma, si on veut beaucoup de sang, il faut exagérer pour que le public puisse le voir depuis le parterre aussi bien que depuis les balcons. Les accessoiristes doivent également remplacer les piles du tourne-disque, elles changent les bougies et les draps du lit. Elles doivent également toujours prévenir les chanteurs s’il y a le plus petit changement, de telle sorte à ce qu’ils ne paraissent pas étonnés sur scène.C’est également leur rôle de trouver les bons accessoires pour répondre aux demandes de l’équipe artistique. Caroline me raconte donc que, pour une autre production, elle avait passé beaucoup de temps pour trouver des parachutes, avant de trouver à côté de Bruxelles un stock de l’armée qui en vendait. Avec leurs expériences, les accessoiristes finissent par se ficeler un solide carnet de bonnes adresses.

 

Au théâtre, on truque beaucoup ?

Pour le dernier acte, les accessoiristes ont préparent un tourne-disque et un sac. Si cela semble simple, elles ont du se poser des questions pratiques à la suite de problèmes remarqués à Zürich. Les accessoiristes doivent trouver des solutions avant la première. Elles commencent alors ce qu’elles ont l’habitude de faire, trouver le meilleur moyen: efficace, discret et le moins onéreux possible. Je suis épaté de leur créativité pour régler les petits détails qui contribuent à la réussite du spectacle.

 

P1000635ret

Comment faire pour que le sac reste ouvert quand il est posé ? L’idée est simple, une planche en bois peinte et collée au fond. Que faire pour que le disque ne se détache pas de la machine ? Et pour que le disque n’émette pas de son ? Avec l’aide d’un ingénieur son, les accessoiristes rayent le disque sur une fine largeur pour qu’aucun son ne sorte lorsque le tourne-disque fonctionne. Ensuite, on applique du scotch double face pour que le disque ne s’échappe pas.
Le metteur en scène a remarqué que les verres sur la table faisaient trop de bruit n’était pas assez réaliste lors du cocktail premier acte. Les accessoiristes ont alors dû trouver une solution : elles ont placé un molleton sous la nappe de la table pour amortir le choc et diminuer le bruit.

 

Otello - Choristes_9ret

Comment le couteau finit dans la main d’Otello ?

Notre équipe d’accessoiristes s’est approprié chaque objet. Cristina a traduit les dossiers de l’Opéra de Zürich de l’allemand et, avec l’aide de Lauriane, elles ont constitué un dossier pour chacune détaillant l’emplacement et l’utilisateur de chaque objet : c’est ce qu’on appelle une « conduite ». Ce document retrace les entrées et sorties des chanteurs, choristes et figurants (coté cour ou jardin) et fixe ainsi les rendez-vous des accessoiristes au cours du spectacle. Par exemple, Caroline doit attendre Otello avant son entrée dans la scène finale pour lui donner son couteau ; Lauriance distribue son enveloppe à Iago, sa cane au Doge et briquet, fausses cigarettes et lunettes à Elmiro avant qu’ils ne rentrent tous en scène.

 

P1000663ret

 

P1000658ret P1000654ret

Je m’étais souvent demandé comment les productions faisaient pour être importées dans d’autres théâtres. C’est grâce à ces conduites et ces dossiers qu’une production d’Otello est possible entre l’Opernhaus de Zürich et le Théâtre des Champs.

 

Et pendant le spectacle ?

Contrairement à ce que je pouvais penser, le rôle des accessoiristes ne se limite pas aux répétitions mais continue lors de la représentation même.

Les accessoiristes s’accordent avec le travail des machinistes pour préparer les scènes lors des entractes. Le décor du bar dans l’acte II suppose un travail méticuleux de préparation des chaises qui doivent donner l’impression d’un bazar, mais organisé. L’équipe doit donc suivre les ordres méticuleux du décorateur et du metteur en scène qui viennent parfois apporter des retouches lors des répétitions.

 

P1000649ret

 

La table du premier acte est préparée avant le début de la représentation mais les accessoiristes doivent se charger d’allumer les bougies. Attention néanmoins au problème de sécurité, les théâtres sont connus pour flamber plutôt facilement. Au delà de 50 bougies, le directeur technique doit demander une autorisation de la préfecture et doit alerter les pompiers. Pas besoin d’avoir peur donc, toute la sécurité est assurée.

Les accessoiristes ont également un rôle direct dans la mise en scène, pour des objets délicats. Ainsi ce sont elles qui tirent le lit lorsqu’il disparait dans le deuxième acte. Mais c’est également à Lauriane de s’occuper du rideau qui s’envole lors de la tempête du troisième acte à l’aide d’un ventilateur. De la même façon, ce serait leur rôle de gérer des confettis, des pétales, des émissions de fumée ou des explosions.

 

Et donc ?

Après avoir suivi les répétitions, les accessoiristes se sont donc préparées aux six représentations et sont prêtes à réagir en cas de problème. Le Théâtre des Champs, comme la plupart des grandes salles, dispose d’importantes réserves de cannes, lunettes, meubles et vaisselle pour pouvoir permettre de répondre à toutes sortes  de besoins. Avec leur organisation, tout devrait bien se passer !

Un grand merci à Emilie Sajot, Cristina di Pasquali, Lauriane Indekeu et Caroline Mexmé d’avoir accepté que je les suive pendant une journée de répétition !

 Aymeric Lavin
http://lalogedaymeric.over-blog.com/

Partagez sur :