Les répétitions de Roberto Devereux de Donizetti viennent de débuter au TCE. Au bout de cinq semaines de travail, ce spectacle, créé au Metropolitan Opera en 2016, sera sur la scène du TCE ! Mais Devereux n’est pas le seul opéra à partager l’affiche des deux maisons d’opéra cette saison… Histoires et photos de coulisses !

Paris – New York, aller-retour

2020 marque un va-et-vient sans précédent entre la vénérable institution new-yorkaise et le Théâtre des Champs-Elysées. Pendant que Roberto Devereux mis en scène par David McVicar est transposé à Paris, sa version d’Agrippina, coproduite par le TCE en 2000, fait ses premiers pas au Met (ne manquez pas sa diffusion au cinéma le 29 février prochain)

Ce mois-ci, c’est au TCE que Yannick Nézet-Séguin a choisi de présenter pour la première fois La Femme sans ombre de Richard Strauss avant d’en créer la version scénique au Met la saison prochaine avec la sublime Elza van den Heever que le public du TCE a découvert dans le rôle de l’Impératrice avant les mélomanes new-yorkais.

La Femme sans ombre : saluts au TCE
Dans les rôles principaux, de gauche à droite : Michaela Schuster (en vert), Elza van den Heever (bleu), Yannick Nézet-Séguin, Lise Lindstrom (noir), Michael Volle, Stephen Gould. (c) photo Eduardo Ratto

Roberto Devereux

En 2016, James Estrin a photographié les coulisses de la création de Roberto Devereux pour le New York Times. Voici un avant-goût de ce qui vous attend au mois de mars au TCE !

Répétitions de Roberto Devereux au Metropolitan Opera
Une choriste du Metropolitan Opera attend son entrée en scène pendant la répétition de Roberto Devereux.
Démontage des décors de Roberto Devereux pour faire place au spectacle du soir.
Le décor de Roberto Devereux, face cachée !
L’ambiance en coulisses !
Le rôle de Sara (ici chanté par Elīna Garanča, sera interprété au TCE par Karine Deshayes)
Certaines choses ne pourront être répliquées… comme cette traditionnelle partie de poker des musiciens de l’orchestre du Met à l’entracte ! On se renseigne sur les jeux à la mode auprès des musiciens de l’Orchestre national de France 🙂
Sondra Radvanovsky, applaudissements. (Au TCE, le rôle d’Elisabetta sera interprété par Maria Agresta)

Découvrez le reportage en coulisses sur le site du New York Times.

Partagez sur :