Braderie de rentrée – La vente de costumes du TCE

Samedi 10 septembre, il y avait foule devant le 15 avenue Montaigne. Et pour cause : pour sa rentrée 2016/2017, le Théâtre des Champs-Elysées a fait du tri dans ses grandes armoires et en a sorti splendeurs et merveilles des dernières productions d’opéras. Robes majestueuses, armures, chapeaux, chaussures, manteaux, corsets, chemises, que de pièces uniques créées dans les ateliers du TCE ! Ce grand tri est l’occasion d’une vente exceptionnelle de costumes de scène.

Une fois n’est pas coutume, l’enceinte du Théâtre s’est transformée pour l’occasion en immense braderie où robes à froufrous et costumes du XVIIIe siècle taquinent la fameuse moquette rouge et les peintures de Bourdelle. Chacun des costumes est chargé d’histoire et les plus observateurs reconnaissent aisément l’habit de leur héros ou héroïne préférée. La fourchette de prix oscille entre 1 et 80 euros environ, de quoi ravir le plus grand nombre.

Ce genre de vente de costumes est toujours un événement qui rassemble spectateurs et compagnies de théâtre. Ce samedi 10 septembre, la foule est déjà pressée devant les portes du Théâtre qui ouvrent à midi. Heureusement, le soleil est lui aussi de la partie et rend l’attente plus agréable. Impatients, les futurs acheteurs sont à l’affût du moindre mouvement. Lorsqu’enfin la vente démarre, les premiers se pressent vers les larges portants encore pleins et s’emparent rapidement de leurs costumes préférés. Ce sont d’ailleurs les plus grosses pièces qui partent le plus vite, achetées par des compagnies, des associations, et même des organisateurs de bal. Pour encadrer cette vente pour le moins atypique, les équipes du Théâtre des Champs-Elysées se sont mobilisées pour accompagner les spectateurs mais aussi, malheureusement, pour surveiller les plus coquins qui déparaient certaines tenues pour en tirer un meilleur prix. Malgré ces filouteries, la vente se passe à merveille dans un flot ininterrompu de personnes. Alors que certains optent pour des costumes tout en sobriété et élégance, d’autres choisissent des pièces plus fantasques et originales. Mention spéciale au nouveau propriétaire de l’habit d’ours rose qui a fait sensation avenue Montaigne !

La vente de costumes s’est terminée comme elle a commencé, dans une joyeuse ambiance, la fatigue en plus et les portants quasi vides. La plupart sont rentrés les mains chargées de trésors, tandis que d’autres sont repartis déçus car arrivés trop tard. Toujours est-il qu’à 19h, le Théâtre retrouvait sa quiétude tandis que les équipes rangeaient les derniers costumes qui n’avaient pas trouvé preneur. Il ne reste plus au Théâtre qu’à remplir les armoires de nouvelles pièces uniques !

Crédit photos : Jean-Philippe Raibaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.