LES MUSIGRAINS

Je devais avoir 7 ans lorsque j’ai participé à mon premier « Musigrains ». Cela consistait à assister une fois par mois (le jeudi car c’était le jour de congé des écoliers à cette époque) à un concert entièrement gratuit.

Notre professeur de chant (Mlle Bourillon, je me souviens encore de son nom), une passionnée de musique y avait inscrit notre école. Elle nous accompagnait donc mais avant, nous avions eu un petit cours sur ce qui nous attendait : on parlait de l’œuvre qui allait être jouée mais aussi des instruments de musique (on ne connaissait que la flûte et le guide-chant « en vrai »).

La première fois que je suis allée et au concert et au Théâtre des Champs Elysées, ce fût un éblouissement. De voir tous ces musiciens en chair et en os rassemblés en orchestre, puis les entendre accorder leurs instruments, c’était un spectacle incroyable. Ensuite et à chaque fois, l’émotion grandissait dès qu’on approchait du jour magique. Nous en reparlions le soir en famille et mes parents étaient ravis pour nous. Ils n’avaient ni le temps ni l’argent pour nous y emmener ma sœur et moi.

Les cours de notre professeur étaient intenses et riches mais elle était tellement sévère (il fallait que les notes nous rentrent dans la tête coûte que coûte) que la musique nous faisait peur ! Heureusement les concerts rattrapaient tout. C’est grâce aux « Musigrains » que j’ai aimé le monde de la musique classique. J’ai découvert des compositeurs, des musiciens, des instruments…. « in vivo » si je puis dire. Un monde quasi inconnu.

Les enfants très attentifs lors d'une séance Musigrains © Théâtre des Champs-Elysées

Les enfants très attentifs lors d’une séance Musigrains © Théâtre des Champs-Elysées

Le concert commençait et nous étions bouche bée de concentration. A la fin du concert, puis des applaudissements, des musiciens se cachaient dans les coulisses pour exécuter un morceau et nous devions deviner de quels instruments ils jouaient. Et si nous trouvions la (les) bonne(s) réponse(s) notre nom figurait au dos d’un petit livret que nous recevions lors de chaque concert. Nous étions très fières de figurer sur cette page.

Par la suite, en 4eme j’ai déménagé. Finis les « Musigrains ». Mais jamais je ne me suis détachée de ce genre musical et mes disques (des vinyles) comportaient aussi bien des œuvres classiques que des yé-yés de l’époque !

J’ai 61 ans et cela reste un souvenir impérissable. Toujours je remercierai les créateurs des « Musigrains » ainsi que Mlle Bourillon car sans elle, y serions-nous allées ? Je regrette que mes enfants n’aient pas eu cette chance mais du coup, de par cette connaissance que j’avais acquise, j’ai pu les emmener au concert. Et eux ont pu apprendre un instrument de musique.

Dominique ROBERT

KESKEKOI ?

Les Musigrains

Les Musigrains est le nom d’usage d’une association parisienne de concerts-conférences pédagogiques, créée en juillet 1939 et ayant effectivement fonctionné entre février 1941 et mai 1986. Ce nom est en fait celui du cycle de concerts pour les scolaires fondé en 1945. L’association s’appelait précisément Évolution Musicale de la Jeunesse (EMJ), nom également porté par le cycle supérieur, tandis qu’un cycle préparatoire destiné aux plus jeunes a été créé en 1965.

Hébergés dans les premières et les dernières années dans la vieille Salle du Conservatoire, les salles Pleyel et Gaveau, la Mutualité et le Théâtre du Châtelet, les Musigrains ont surtout été associés au Théâtre des Champs-Élysées de 1949 à 1978.

Ils ont été fondés par Germaine Arbeau-Bonnefoy (1893-1986), professeur de piano aux talents certains de conteuse et disposant d’un vaste réseau de contacts dans le monde musical parisien. Ils englobaient des exercices de reconnaissance de timbre d’instruments jouant en coulisse et l’exécution de courtes œuvres contemporaines. Les concerts de fin d’année et quelques autres étaient consacrés à la danse. (Source : Wikipédia)

Les Musigrains : le livre
Un ouvrage de Laurent Hertz a été consacré aux Musigrains. Il s’attache aux éléments principaux des Musigrains (historiques, biographies, interprètes,…) et présente ensuite des témoignages dont ceux de proches de la fondatrice, Germaine Arbeau-Bonnefoy, et de son équipe. Pour en savoir plus, cliquez ici
Témoignage du TCE
Retrouvez un témoignage des Musigrains au Théâtre des Champs-Elysées : un programme de 1954 est conservé dans les archives du TCE et peut être consulté en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.